Pour faciliter la communication entre les étudiants algériens préparant un magistère et les doctorants titulaires d'un magistère et tous les diplômés du système classique

Nous cherchons des modérateurs pour nous aider à gérer et améliorer le forum, SVP contactez l'administrateur, merci d'avance pour votre soutien!
Derniers sujets
» Nouveaux Projets de Recherche Formation Universitaire (PRFU).
Mar 22 Mai 2018 - 8:20 par NostalgieGelLeReveilleur

» Conférence CFD & Tech 2018, 12-14 Nov 2018
Dim 20 Mai 2018 - 13:28 par CFD-Tech

» Conférence CFD & Tech 2018
Dim 20 Mai 2018 - 13:27 par CFD-Tech

» evues Open Access
Dim 6 Mai 2018 - 18:11 par Farid159

» les revues open access?
Sam 5 Mai 2018 - 11:25 par Invité

» Métallisation par apport de matière dure
Dim 29 Avr 2018 - 10:08 par Bouzertini

» Une première inscription doctorat en 2014/2015 puis une pause...
Ven 27 Avr 2018 - 9:41 par HENZOW23

» Cotutelle de thése
Mer 25 Avr 2018 - 12:25 par Invité

» Programme National Exceptionnel PNE 2018-2019
Lun 16 Avr 2018 - 15:35 par NostalgieGelLeReveilleur

» Programme National Exceptionnel PNE 2018-2019
Lun 16 Avr 2018 - 15:29 par NostalgieGelLeReveilleur

» Stage à l’étranger
Dim 15 Avr 2018 - 17:03 par Abd El Krim

» A MONSIEUR LE MINISTRE DE L'ENSEIGNEMENT SUPERIEUR ET DE LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE
Sam 14 Avr 2018 - 8:12 par Invité

» renseignement
Mar 10 Avr 2018 - 22:58 par Invité

» Magister et Master
Mar 20 Mar 2018 - 17:09 par Invité

» Inscription doctorat cotutelle ????
Dim 26 Nov 2017 - 11:51 par Sabin06

» Последние новости политики здесь
Jeu 23 Nov 2017 - 7:37 par Martinwhazy

» Recherche d'un encadreur pour doctorat en traduction
Mer 15 Nov 2017 - 9:10 par Boubrit

» Concours doctorat 2017/2018
Dim 5 Nov 2017 - 16:10 par Invité

» inscription 1ere année doctorat en science (doctorat classique)
Dim 5 Nov 2017 - 9:46 par SYH

» concours d'ingénieur de laboratoire en automatique
Mer 25 Oct 2017 - 11:33 par Invité

» heure max pour un vacataire
Jeu 19 Oct 2017 - 15:30 par Invité

» interrogation
Mar 10 Oct 2017 - 18:47 par Invité

» cherche sujet concours doctorat electrotechnique
Sam 7 Oct 2017 - 22:32 par maitre05

» modèle d'une autorisation d'un employeur pour passer le concoure de doctorat
Mar 3 Oct 2017 - 10:42 par HANANE SA

» Recrutements MAB - Les dernières annonces
Sam 30 Sep 2017 - 17:07 par Invité

Science Actualités
Science Magazine News
Nature Magazine News
Visitors Map
Chat
Qui est en ligne ?
Il y a en tout 5 utilisateurs en ligne :: 0 Enregistré, 0 Invisible et 5 Invités

Aucun

Le record du nombre d'utilisateurs en ligne est de 142 le Lun 23 Sep 2013 - 22:02

Vous n'êtes pas connecté. Connectez-vous ou enregistrez-vous

Evaluation des risques de corrosion par essais de polarisation

Aller en bas  Message [Page 1 sur 1]

Admin Hania


Les techniques électrochimiques ont pris, depuis quelques décennies, une position dominante dans l’évaluation de la résistance a la corrosion des matériaux car (i) elles sont basées sur des quantités électriques (courant, potentiel) et une manipulation aisée et (ii) ces quantités sont directement porteuses d’information liées à la corrosion. Les mesures électrochimiques donnent une information moyennée dans l’espace, provenant de la surface de l’électrode. Les essais se font via un dispositif à trois électrodes, dans un milieu artificiel dont la composition peut être variable.
L’appareil voltémètrique permet le balayage et l’amplification de la tension depuis la zone de comportement cathodique jusqu’à la zone de comportement anodique du matériau étudié.






Trois électrodes sont utilisées:
 
 -l’électrode de travail : il s’agit de l’échantillon a étudier, entoure d’un cylindre en polytetrafluoroethylene. L’ensemble échantillon-cylindre constitue l’embout de l’électrode a disque tournant afin de travailler sous un régime d’agitation dynamique reproductible assurant l’homogénéisation de la solution.


-    l’électrode de référence : les tensions sont mesurées par rapport a une électrode de référence. Celle la plus souvent utilisée en laboratoire est saturée en chlorure de potassium (ECS). Elle est immergée dans une allonge qui communique avec l’électrolyte de la cellule par l’intermédiaire d’un fritte.



-    l’électrode auxiliaire : un fil de platine est utilise comme contre-électrode dans les études ou des perturbations en tension ou en courant sont imposées au système.






Polarisation d’électrode


Le courant de corrosion est déterminé par la polarisation linéaire de l’électrode d’acier 316L. Cette technique repose sur le fait de déséquilibrer l’échantillon en favorisant soit le comportement anodique, soit le comportement cathodique. Donc, on applique un potentiel autre que le potentiel naturel d’abondan et le métal est ainsi parcouru par un courant global non nul. La valeur de l’écart DE entre les potentiels imposé rapporté au potentiel d’abondan est appelée « polarisation ».
La figure ci-dessous représente cette méthode dans le cas simple où la réaction anodique est la dissolution du métal M à l’état n-valent, la réaction cathodique est la réduction des protons H+ en hydrogène moléculaire.
 
La courbe I = f (E) donne la séquence des phénomènes résultat d’une combinaison des processus anodique et cathodique à l’interface métal/solution. Elle est la seule accessible à l’expérience. L’impossibilité de calculer icorr à l’aide de la seule valeur de Ecorr qui est un potentiel mixte, conduit à exploiter la forme de la courbe courant tension à l’échelle semi logarithmique (courbe log(i)–E) par deux méthodes : la 1ère méthode est une méthode d’extrapolation, la 2ème est une méthode locale seulement au point Ecorr.









Extrapolation des droites de Tafel


En Le tracé semi-logarithmique, la courbe de polarisation fait apparaître des portions linéaires dites « branches de Tafel » correspondant aux processus de transfert de charges. La figure illustre l’extrapolation des branches anodique (ba) et cathodique (bc). Lorsque la composante anodique est affectée par un processus d’inhibition à l’intérieur de la région pré tafelienne, ou par chute ohmique à surtension élevée, seule la branche cathodique extrapolée à Ecorr donne Icorr (figure). Le courant de corrosion Icorr est donc obtenu par l’intersection des les droites de Tafel et de la verticale tracée en Ecorr.






Revenir en haut  Message [Page 1 sur 1]

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum